Écrire Chine. Jigme Gyatso, un prisonnier tibétain, victime de torture

AU 05/11, ASA 17/002/2011, 10 janvier 2011 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 21 FÉVRIER 2011 . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Le prisonnier d’opinion tibétain et ancien moine Jigme Gyatso serait tombé gravement malade à la suite des actes de torture et des mauvais traitements qu’il a subis à la prison de Qushui, à la périphérie de Lhassa, dans la région autonome du Tibet (Chine). Jigme Gyatso a été arrêté en 1996 en raison de ses activités en faveur de l’indépendance du Tibet, et plus particulièrement pour avoir fondé l’« Association du mouvement tibétain pour la liberté » et distribué des dépliants en faveur de l’indépendance. En novembre 1996, il a été condamné à 15 ans de réclusion en tant que « meneur contre-révolutionnaire ». Il a été placé à l’écart des autres prisonniers et aucun visiteur n’a pu le voir pendant plusieurs mois. Il a été autorisé à recevoir une visite fin 2010. Jigme Gyatso a été victime d’actes de torture et d’autres formes de mauvais traitements à plusieurs reprises. Durant les six premiers mois de sa détention, il a été maintenu dans une « cellule d’interrogatoire » et torturé. En 1997, il a été à tel point roué de coups qu’il pouvait à peine marcher. En mai 1998, à la prison de Drapchi, un groupe de prisonniers dont il faisait partie a commencé à crier des slogans pro dalaï-lama. Le personnel de la prison a réagi violemment, ce qui a entrainé la mort de neuf personnes. Jigme Gyatso a été passé à tabac. Ce mouvement de protestation (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse