Écrire Le prisonnier d’opinion Buchtar Tabuni risque la torture

AU 7/11, ASA 21/001/2011 Le prisonnier d’opinion indonésien Buchtar Tabuni risque de subir des actes de torture ou d’autres mauvais traitements. Il a été transféré en cellule d’isolement, ce qui fait craindre pour sa sécurité. Buchtar Tabuni – militant politique pacifique et président du Comité national de Papouasie occidentale (KNPB), une organisation indépendantiste – a été transféré en cellule d’isolement au poste de police de Djayapura, dans la province de Papouasie, le 7 janvier. La police ne l’a pas informé des raisons de cette mesure. Buchtar Tabuni a peur pour sa sécurité et craint que la police ne lui extorque des « aveux ». Par ailleurs, il souffre de problèmes gastriques. Ces dernières années, Amnesty International a suivi les cas de plusieurs militants politiques pacifiques d’Indonésie qui ont été torturés ou soumis à d’autres mauvais traitements par la police lors de leur arrestation, leur détention ou leur interrogatoire. En outre, le Code de procédure pénale n’interdit pas explicitement l’utilisation devant les tribunaux de déclarations obtenues en ayant recours à la torture ou à d’autres mauvais traitements. Buchtar Tabuni et un autre prisonnier, Filep Karma, ont été transférés au poste de police de Djayapura à la suite d’une émeute qui a éclaté à la prison d’Abepura, dans la province de Papouasie, le 3 décembre. Le responsable du poste de police a déclaré le 4 décembre que ces deux hommes avaient été arrêtés parce qu’ils « auraient provoqué d’autres détenus, ce qui a occasionné des dégâts dans la (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir