Écrire Amrozi bin H. Nurhasyim (h) ;Ali Ghufron (alias Mukhlas) (h) ;Imam Samudera (h)

Action complémentaire sur l’AU 109/06 (ASA 21/002/2006, 28 avril 2006) et sa mise à jour (ASA 21/007/2006, 4 juillet 2006) Amrozi bin H. Nurhasyim, reconnu coupable d’implication dans les attentats à la bombe qui ont eu lieu à Bali le 12 octobre 2002, risque d’être passé par les armes d’un moment à l’autre. L’inspecteur général Paulus Purwoko, chef de la police régionale de Bali, a annoncé qu’il était prêt à procéder à cette exécution, expliquant : « Il ne nous reste plus qu’à nous concerter avec le tribunal de district. Nous avons d’ores et déjà choisi les dix bourreaux. » Dewa Made Beratha, le gouverneur de Bali, a fait part de sa volonté de voir les trois hommes condamnés pour l’attentat de Bali (Amrozi bin H. Nurhasyim, Ali Ghufron et Imam Samudera) exécutés sur cette île. Paulus Purwoko a cependant déclaré à la presse le 10 septembre : « Le lieu [de l’exécution] ne doit pas nécessairement être à Bali. Pour des raisons d’ordre pratique, il vaut mieux qu’elle ait lieu à Nusakambangan [l’île où sont actuellement emprisonnés les trois hommes]. De plus, si l’on tient compte des répercussions [que ces événements ont] à Bali, croyez-moi, c’est préférable. » Les trois hommes avaient été transférés dans une prison de Nusakambangan en 2005 après que 500 manifestants eurent pénétré dans la prison de Kerobokan, à Bali, où ils étaient alors détenus, et réclamé leur exécution immédiate. Amrozi bin H. Nurhasyim devait être exécuté le 22 août 2006. Il a cependant bénéficié d’un sursis après avoir demandé un réexamen judiciaire de son (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse