Écrire Tunisie : risque de torture accru pour Ramzi Romdhani, un prisonnier tunisien

Action complémentaire sur l’AU 130/09, MDE 30/001/2011, 7 janvier 2011 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 18 FÉVRIER 2011. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Ramzi Romdhani, qui purge une peine de 29 ans d’emprisonnement, est privé de visites familiales depuis le 18 novembre 2010 par mesure disciplinaire. Il a indiqué à plusieurs reprises avoir été torturé et soumis à d’autres formes de mauvais traitements en détention, et Amnesty International pense qu’il est maintenant exposé à un risque accru de maltraitance. La dernière fois que les proches de Ramzi Romdhani l’ont vu à la prison de Mornaguia, en novembre, il leur a dit qu’il avait été torturé et violemment frappé à l’oreille et qu’on l’avait conduit à l’hôpital pour qu’il soit soigné. Quand ils ont tenté de lui rendre visite la semaine suivante, le 25 novembre, ils ont été informés qu’il avait été transféré à la prison de Messaidine, à Sousse – à environ 150 kilomètres de Tunis, où sa famille habite. L’un de ses proches s’est rendu là-bas le lendemain, mais on lui a indiqué que Ramzi Romdhani faisait l’objet de mesures disciplinaires qui l’empêchaient de recevoir des visites familiales. Depuis, l’administration pénitentiaire continue d’empêcher ses proches de le voir. Chaque fois qu’ils se rendent à la prison, ils sont priés de partir car il est toujours soumis à des sanctions. Leur dernier déplacement pour tenter de lui rendre visite date du 5 janvier. Les autorités de la prison de Messaidine ont également (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Jobs : Devenez recruteur de donateurs !

Rejoignez notre équipe de recruteur en rue et renforcez le travail d’Amnesty sur le terrain : Engagez-vous !