Écrire La Suède doit cesser de renvoyer de force des personnes en Irak

AU 06/11, EUR 42/001/2011, 17 janvier 2011 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 31 JANVIER 2011 . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Amnesty International a reçu des informations crédibles indiquant que les autorités suédoises envisagent de renvoyer de force à Bagdad (Irak) le 19 janvier plusieurs personnes dont les demandes d’asile ont été rejetées. Là-bas, la vie de ces personnes pourrait être gravement menacée. Selon des sources dignes de foi, plusieurs demandeurs d’asile risquent d’être renvoyés de force à Bagdad, en Irak. Amnesty International croit savoir qu’au moins 14 de ces personnes sont originaires de provinces particulièrement dangereuses, notamment les provinces de Bagdad, Kirkouk et Ninawa (Mossoul). D’autres appartiennent à des minorités religieuses ou ethniques particulièrement exposées, et d’autres encore risquent d’être victimes de persécutions liées au genre ou à leurs opinions politiques. Contrairement à ce que préconisent les directives explicites du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), les autorités suédoises continuent de renvoyer de force des Irakiens dont les demandes d’asile ont été rejetées. En 2009 et 2010, la Suède et d’autres pays européens tels que la Norvège, les Pays-Bas ou le Royaume Uni, ont affrété de manière conjointe des vols charters pour renvoyer de force des Irakiens dont les demandes d’asile avaient été rejetées. Tout récemment, le 15 décembre 2010, la Suède a renvoyé une vingtaine (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Un professeur de la VUB condamné à mort

Le Dr Ahmadreza Djalali, un citoyen iranien résidant en Suède et professeur invité à la VUB en Belgique, a été condamné à mort : demandez sa libération, signez la pétition !