Écrire Reza Khandan, le mari de l’avocate spécialiste des droits humains Nasrin Sotoudeh, harcelé

Action complémentaire sur l’AU 197/10, MDE 13/007/2011 Reza Khandan, qui a milité publiquement pour que sa femme, l’avocate spécialiste des droits humains actuellement en détention Nasrin Sotoudeh, bénéficie d’un traitement équitable, a été convoqué par les autorités iraniennes pour être interrogé le 16 janvier. Il a passé la nuit en prison. Il a été libéré le lendemain matin mais il risque d’être de nouveau harcelé par les forces de sécurité. Reza Khandan a passé une nuit à la prison d’Evin après avoir été sommé de se présenter le 16 janvier au bureau du procureur de Téhéran, situé dans la prison. On a fait patienter cet homme pendant trois heures avant de l’emmener dans une cellule de la prison, où il a dû revêtir l’uniforme des prisonniers, puis il a été placé en cellule avec un autre détenu. Il a été interrogé pendant environ 10 minutes alors qu’il avait les yeux bandés et il a dû mettre deux de ses réponses par écrit. Il a été informé qu’il était accusé d’avoir « publié des mensonges » et « troublé l’ordre public » à cause d’une lettre qu’il a adressée au bureau du procureur, dans laquelle il dénonçait les conditions de détention de sa femme, Nasrin Sotoudeh, et qui n’a pas été publiée. Il a été libéré le 17 janvier, après le dépôt d’une garantie de 500 millions de rials iraniens (environ 35 600 euros) ; son garant perdra cette somme si Reza Khandan ne se présente pas lors de nouvelles convocations. La sœur de Nasrin Sotoudeh avait proposé de se porter garante pour lui mais les autorités ont estimé qu’elle ne convenait pas et il a (...)

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Halte à l’afflux d’armes vers le Yémen

Des armes wallonnes et de l’équipement militaire belge impliqués dans le conflit meurtrier au Yemen ! Nous devons faire cesser les transferts d’armes utilisées pour perpétrer ces violations des droits humains. Signez !