Écrire Yong Vui Kong, un Malaisien de 23 ans risque d’être exécuté

Action complémentaire sur l’AU 296/09, ASA 36/001/2011, 24 janvier 2011 Yong Vui Kong, un Malaisien de 23 ans, a épuisé toutes les voies de recours contre la peine de mort qui lui a été infligée de manière obligatoire à Singapour. Il risque d’être exécuté immédiatement si les autorités malaisiennes et d’autres instances ne font pas pression sur le président singapourien afin qu’il lui accorde sa grâce. Lundi 17 janvier, la cour d’appel de Singapour a ajourné sa décision dans l’affaire de Yong Vui Kong. L’avocat de cet homme avait demandé que son exécution soit différée au motif que la procédure de recours en grâce n’avait pas été équitable. À Singapour, la décision de gracier un condamné revient au président, sur l’avis du Conseil des ministres. Le président singapourien a rejeté la demande de grâce de Yong Vui Kong en décembre 2009. Le même mois, la Haute Cour de Singapour a reporté son exécution afin de laisser à la cour d’appel le temps d’examiner une demande de sursis. Cette dernière ayant refusé d’accorder un sursis à l’exécution de Yong Vui Kong, celui-ci doit être pendu. En juillet dernier, des représentants de l’État malaisien ont appelé Singapour à épargner Yong Vui Kong. Le ministre des Affaires étrangères malaisien, Anifah Aman, a annoncé : « Je vais écrire au gouvernement singapourien pour le prier de se montrer clément. » Les législateurs malaisiens ont également appelé à la grâce. Yong Vui Kong a été condamné à la peine capitale en janvier 2009 pour le trafic de 47 grammes de diamorphine (héroïne). Il avait dix (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse