Écrire Madghis Bouzakhar, prisonnier, victime de torture

AU 19/11, MDE 19/002/2011, 4 février 2011 VEUILLEZ ENVOYER VOS APPELS AVANT LE 18 MARS 2011 : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Deux frères ont été arrêtés le 16 décembre à Tripoli. Il pourrait s’agir de prisonniers d’opinion, détenus uniquement en raison de l’intérêt qu’ils portent à la culture amazighe. L’un d’eux a signalé avoir été torturé en détention par les forces de sécurité libyennes. Tous deux risquent de subir des actes de torture à la prison de Jdaida, où ils sont détenus. Les jumeaux Mazigh et Madghis Bouzakhar ont été arrêtés le 16 décembre à leur domicile de Tripoli, en Libye, probablement par des membres de l’Agence de sûreté extérieure, un service de renseignement du pays. Il semble qu’ils étaient soupçonnés d’« espionnage et [de] collaboration avec Israël et les sionistes ». Amnesty International pense que leur arrestation est due à leur appartenance au Congrès mondial amazigh et à d’autres activités perçues comme faisant la promotion de la culture amazighe (berbère). Ils sont actuellement détenus à la prison de Jdaida, où ils ont été transférés le 27 janvier. Madghis Bouzakhar a déclaré à son père qu’il avait été maintenu en détention à l’isolement et soumis pendant près d’un mois à des actes de torture et à d’autres mauvais traitements lorsqu’il était interrogé par des représentants de l’Agence de sûreté extérieure. Il a expliqué qu’il avait subi la torture de la falaqa (coups assenés sur la plante des pieds, avec un fouet ou un câble) et qu’il (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse