Écrire Des manifestants détenus au Yémen risquent la torture

AU 33/11, MDE 31/004/2011 Des dizaines de personnes arrêtées à la suite des manifestations qui se sont déroulées à Aden, une ville du sud du Yémen, sont actuellement détenues au secret et risquent de subir des actes de torture ou d’autres mauvais traitements. Amnesty International craint qu’elles ne soient détenues uniquement pour avoir exercé pacifiquement leur droit à la liberté d’expression et de réunion, ce qui ferait d’elles des prisonniers d’opinion. Des dizaines de personnes ont été arrêtées par les forces de sécurité à la suite de manifestations pacifiques, visant à réclamer des réformes et un changement de régime, qui ont eu lieu le 16 février dans le quartier d’Al Mansoura, à Aden, une ville du sud du pays. Au moins quatre hommes auraient été tués et des dizaines de personnes auraient été blessées lorsque les forces de sécurité ont ouvert le feu sur les manifestants. Des rassemblements de protestation avaient déjà été organisés à Aden et dans d’autres villes du sud du Yémen pour demander la séparation du nord et du sud. Cependant, après avoir appelé le président à la démission à Sanaa, la capitale, et dans d’autres villes, les manifestants ont commencé à réclamer un changement de régime. Les personnes arrêtées seraient détenues au secret à la prison centrale d’Al Mansoura et risquent de subir des actes de torture et d’autres mauvais traitements. Depuis les rassemblements en question, le quartier est encerclé par les forces de sécurité, qui empêchent quiconque d’y entrer ou d’en sortir. Et il semble que les (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse