Écrire Trois personnes tuées par la police à Bahreïn

Action complémentaire sur l’AU 29/11, MDE 11/005/2011 Trois personnes de plus sont mortes à Bahreïn dans la nuit du 16 au 17 février, après que des policiers antiémeutes ont pris d’assaut le camp où les manifestants passaient la nuit. Depuis le 14 février, cinq manifestants ont été tués dans le pays. Isa Abdulhasan (60 ans), Mahmood Maki Ali (23 ans) et Ali Mansoor Ahmed Khudair (52 ans) ont trouvé la mort aux premières heures du jeudi 17 février après que des policiers antiémeutes ont eu recours une force vraisemblablement très excessive pour disperser les manifestants qui campaient sur le rond-point de la Perle à Manama, la capitale de Bahreïn. Des témoins ont indiqué à Amnesty International que les policiers avaient pris le camp d’assaut vers 2 heures du matin sans avertissement préalable. Des hommes, des femmes et des enfants campent sur ce rond-point depuis que les manifestations pacifiques en faveur d’une réforme politique ont débuté, le 14 février, proclamé « Jour de colère ». La police antiémeutes a utilisé des gaz lacrymogènes, des matraques, des balles en caoutchouc et des fusils à plomb pour disperser la foule. Selon un témoin oculaire, l’un de ses bataillons tirait depuis un pont surplombant le rond-point tandis qu’un autre tirait depuis l’autre côté, alors que la foule tentait de s’abriter. Un autre témoin a rapporté : « Les manifestants sont attaqués ! Les femmes et les enfants courent en criant et n’ont nulle part où se réfugier. Les policiers antiémeutes sont partout et attaquent de tous côtés. (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.