Écrire Répression contre les militants au Zimbabwe

AU 55/11, AFR 46/004/2011 Les défenseurs des droits humains et les militants politiques font l’objet d’une intense répression Zimbabwe. Plus de 60 d’entre eux sont actuellement en détention, et beaucoup auraient été torturés. À Harare, 45 personnes ont été inculpées de trahison et encourent la peine de mort si elles sont reconnues coupables. D’autres militants ont été arrêtés à Bulawayo et dans la province du Manicaland. Le 19 février, Munyaradzi Gwisai et 44 autres militants ont été arrêtés par la police à Harare, la capitale du Zimbabwe, pendant une réunion organisée pour discuter des événements en Égypte et en Tunisie. Ils ont été maintenus en garde à vue au-delà du délai maximal de 48 heures prévu par la loi et n’ont été informés qu’ils étaient inculpés de trahison que quelques minutes avant d’être emmenés au tribunal le 23 février. S’ils viennent à être déclarés coupables de ce chef d’accusation, ils encourent la peine de mort. Munyaradzi Gwisai a déclaré au tribunal que lui et d’autres militants avaient été torturés en détention au commissariat central d’Harare. Ces 45 personnes ont été privées de soins médicaux et n’ont pas pu contacter leurs avocats. Les 34 hommes sont maintenant détenus à la maison d’arrêt centrale d’Harare et les 11 femmes à la prison pour femmes de Chikurubi. Le 28 février, sept membres des organisations militantes Femmes du Zimbabwe, debout ! (WOZA) et Hommes du Zimbabwe, debout ! (MOZA) ont été arrêtés à Bulawayo. Selon certaines sources, ils ont été torturés au commissariat central de cette ville. Ils (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse