Écrire Guatemala. Des militants protestant contre une mine battus et menacés.

AU 57/11, AMR 34/002/2011 Le 28 février, des personnes qui manifestaient contre la mine de Marlin, dans le sud-ouest du Guatemala, ont été attaquées. L’un des manifestants, Aniceto López, a été conduit au bureau du maire de la commune, où il aurait été battu et menacé de mort pour avoir protesté contre cette mine. Le 28 février, 200 membres des communautés de San Miguel Ixtahuacán manifestaient contre l’absence de mesures prises par l’État pour suspendre les activités d’extraction de la mine de Marlin, située dans cette municipalité du département de San Marcos (sud-ouest du Guatemala). Les activités se poursuivent sur ce site qui appartient à Montana Exploradora de Guatemala, S.A., une filiale détenue à 100 % par Goldcorp, bien que la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) ait ordonné qu’elles soient suspendues jusqu’à ce que leurs effets sur les communautés indigènes locales aient été évalués comme il se doit. Les manifestations, organisées par le Front pour la défense de San Miguel Ixtahuacán (FREDEMI), ont duré environ 12 heures. Quand les manifestants sont partis, le bus à bord duquel ils circulaient a été arrêté. Ils ont été forcés à descendre et ont été battus et dévalisés. Certains ont été écartés du groupe et agressés individuellement. Parmi eux figuraient Miguel Bámaca, en faveur de qui la CIDH a déjà demandé des mesures de protection de la part du gouvernement guatémaltèque, et Aniceto López. Selon les informations recueillies par Amnesty International, ce dernier a été conduit au bureau du (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.