Écrire Réclamez la libération de militants au Bélarus

Action complémentaire sur l’AU 264/10, EUR 49/007/2011 Les personnes accusées d’avoir organisé des manifestations le 19 décembre à Minsk ou d’y avoir pris part sont jugées en ce moment. L’une de celles considérées par Amnesty International comme des prisonniers d’opinion a déjà été condamnée à quatre ans d’emprisonnement. Alexandre Atrochtchankov, attaché de presse du candidat à l’élection présidentielle Andreï Sannikov, a été condamné le 2 mars à quatre ans d’emprisonnement pour avoir participé à la manifestation en question. Son épouse, Daria Korsak, a indiqué à des journalistes qu’il était parvenu à lui dire dans la salle d’audience, le 2 mars, qu’il avait été torturé au centre de détention provisoire du KGB, à Minsk. Il a dit qu’il avait été menotté, forcé à rester debout pendant des heures dans des positions inconfortables, et à faire de l’exercice physique nu. Il a indiqué que des hommes cagoulés l’avaient menotté dans des postures douloureuses. Daria Korsak s’est plainte au parquet des actes de torture et autres mauvais traitements, infligés par des agents du KGB, dont son mari lui avait fait part. Alexandre Atrochtchankov est en détention provisoire depuis le 20 décembre 2010 : il n’a jamais été autorisé à voir sa femme ni son avocat en privé. Selon son épouse, il s’agit d’une manœuvre destinée à masquer les preuves de torture. Alexeï Mihalevitch a été libéré le 19 février, et a donné une conférence de presse le 28. Il a parlé ouvertement des actes de torture et autres mauvais traitements que lui et d’autres détenus (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse