Écrire Corée du Sud. Le syndicaliste Michel Catuira risque d’être renvoyé de force dans son pays d’origine

Action complémentaire sur l’AU 34/11, ASA 25/003/2011 Le 2 mars, la 12e chambre du tribunal administratif de Séoul a ordonné la suspension temporaire de l’expulsion forcée de Michel Catuira, président du Syndicat des travailleurs migrants de Séoul, Gyeonggi et Incheon (Corée du Sud). Cependant, cette décision ne s’applique qu’en attendant qu’il soit statué sur le recours formé par cet homme contre l’annulation de son visa. Par conséquent, celui-ci risque toujours d’être expulsé. Le 2 mars, la 12e chambre du tribunal administratif a statué en faveur de Michel Catuira, président du Syndicat des travailleurs migrants et ressortissant philippin, en ordonnant la suspension temporaire de l’annulation de son autorisation de changer de lieu de travail, de l’annulation de son visa et de l’obligation de quitter le territoire avant le 7 mars. Michel Catuira avait été averti de ces mesures par les services sud-coréens de l’immigration le 14 février. La suspension temporaire ordonnée par le tribunal s’applique tant qu’il n’a pas été statué sur son recours contre la décision des services de l’immigration. Le tribunal administratif devrait commencer à examiner l’affaire fin mars. Les juges entendront Michel Catuira ainsi que des représentants des services de l’immigration, ce qui devrait prendre environ un mois. Bien que la décision de justice repousse l’obligation de quitter le territoire en attendant qu’il soit statué sur l’affaire, Michel Catuira risque toujours d’être expulsé si sa requête est rejetée par le tribunal (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.