Écrire Russie. Extradition du demandeur d’asile tadjik Nizomkhon Jouraïev

AU 84/11, EUR 46/013/2011 Bien qu’il ait déposé une demande d’asile auprès des autorités russes, Nizomkhon Jouraïev, citoyen tadjik, pourrait être extradé par la Russie vers son pays d’origine. S’il est renvoyé au Tadjikistan, cet homme risque d’être victime de torture et d’autres mauvais traitements. En 2007, des poursuites pénales ont été engagées au Tadjikistan contre Nizomkhon Jouraïev, homme d’affaires de la région de Soghd et ancien parlementaire local. Il était poursuivi avec 33 autres personnes pour crimes organisés commis avec violence, infractions économiques et détention d’armes illégale. Certaines de ces personnes ont également été accusées du meurtre de l’ancien procureur général adjoint, tué en 1999. Lorsque les poursuites ont été engagées, Nizomkhon Jouraïev se trouvait en Russie. En 2009, 31 personnes, dont la plupart étaient des proches de Nizomkhon Jouraïev ou des membres du personnel de son entreprise, ont été condamnées à de longues peines de réclusion. Les médias et des avocats tadjiks ont signalé que certaines d’entre elles, ainsi que d’autres personnes détenues provisoirement et interrogées dans le cadre de cette affaire, auraient été torturées. Un homme qui avait été extradé de Russie vers le Tadjikistan a déclaré à l’avocat russe chargé de l’affaire de Nizomkhon Jouraïev en Russie qu’en septembre 2008 la police l’avait menacé de viol dans le but de lui extorquer des « aveux » incriminant Nizomkhon Jouraïev. Au cours du procès, plusieurs accusés ont décrit la manière dont ils avaient été torturés, (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse