Écrire Iran. Farzad Alizadeh Mohajer, exécuté ; Mohammad Zafari, toujours en danger.

Action complémentaire sur l’AU 126/07, MDE 13/033/2011 Farzad Alizadeh Mohajer, également appelé Abbas, a été exécuté le 12 janvier 2011 à la prison d’Evin, à Téhéran, la capitale iranienne. Mohammad Zafari, qui a été condamné en même temps que lui, risque toujours d’être exécuté. D’après les informations reçues, Farzad Alizadeh Mohajer et Mohammad Zafari ont été condamnés à la peine capitale par la 17e chambre du tribunal révolutionnaire de Karaj, près de Téhéran, pour le viol d’une mineure, commis à Karaj en janvier ou février 2005. Leur peine a été confirmée en appel le 6 septembre 2006 par la 77e chambre du tribunal pénal de Téhéran, ainsi que par la 39e chambre de la Cour suprême. Les deux hommes ont apparemment été représentés par des avocats commis d’office. Amnesty International ne dispose d’aucune information indiquant si Mohammad Zafari a été exécuté ou non. L’organisation a dénombré plus de 200 exécutions reconnues par les autorités iraniennes en 2010. Selon des informations crédibles, des centaines d’autres personnes ont été exécutées en secret. Il s’agissait, pour la plupart, de personnes condamnées pour trafic de stupéfiants et détenues à la prison de Vakilabad, à Meched (nord-est du pays). Le rythme des exécutions s’est nettement accru en Iran depuis décembre 2010. En effet, depuis le début de l’année 2011, les autorités ont ôté la vie à plus de 100 personnes, principalement condamnées pour des infractions liées aux stupéfiants. Certaines auraient été exécutées en secret (pour en savoir plus, consulter le texte (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse