Écrire Jenni Williams and Magodonga Mahlangu, dirigeantes d’un groupe en faveur de la justice sociale sont en danger

AU 86/11, AFR 46/007/2011, 25 mars 2011 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 6 MAI 2011 À : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Jenni Williams et Magodonga Mahlangu, deux dirigeantes du mouvement en faveur de la justice sociale Femmes du Zimbabwe, debout ! (WOZA), sont recherchées par la police. Elles risquent de subir une arrestation arbitraire et des mauvais traitements. Le 12 février, WOZA a organisé sa neuvième manifestation pacifique de la Saint-Valentin à Bulawayo, la deuxième ville du Zimbabwe. Depuis lors, des policiers se rendent régulièrement aux domiciles de Jenni Williams et de Magodonga Mahlangu, deux dirigeantes du mouvement, en espérant les y trouver. Par ailleurs, des policiers ont contacté un avocat spécialiste des droits humains et lui ont demandé d’emmener ces femmes au poste central de Bulawayo. Ils auraient déclaré qu’elles devaient « se préparer à une longue détention ». Cependant, la police n’a pas indiqué les raisons pour lesquelles elle recherchait Jenni Williams et Magodonga Mahlangu, ce qui fait craindre que celles-ci ne soient arrêtées et détenues arbitrairement. Elles ont déjà été victimes de nombreuses arrestations arbitraires à la suite de manifestations pacifiques, et ont été détenues jusqu’à 37 jours. Depuis février, la police semble avoir lancé dans tout le pays une vague de répression visant systématiquement des défenseurs des droits humains, y compris des membres de WOZA. Le 28 février, sept membres de WOZA et (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir