Écrire Des manifestants détenus au secret à Oman

AU 96/11, MDE 20/001/2011 Des dizaines de manifestants ont été arrêtés à Oman le 29 mars dans la nuit. Ils sont détenus au secret, ce qui accroît le risque qu’ils soient victimes d’actes de torture ou d’autres formes de mauvais traitements. Amnesty International craint qu’ils ne soient incarcérés uniquement pour avoir exercé de manière pacifique leur droit à la liberté d’expression. Le 29 mars vers 3 heures du matin, les forces de sécurité auraient arrêté un certain nombre de manifestants qui campaient au rond-point du Globe, à Sohar, dans le nord d’Oman. Ils ont démantelé des barrages et, selon un article de presse, ils ont frappé les personnes qui refusaient de partir au moyen de bâtons. D’autres personnes qui avaient participé à des manifestations auraient été arrêtées à leurs domiciles. Elles seraient toutes détenues à la prison centrale de Samail, à l’ouest de Mascate, la capitale. Elles sont détenues au secret et risquent fortement d’être torturées ou soumises à d’autres formes de mauvais traitements. Ahmed al Shezawi, âgé d’environ 35 ans, est père de quatre enfants et dirige le service des relations de presse d’al Shabiba, un quotidien omanais. Il aurait été arrêté le 27 mars dans la nuit à son appartement, à Mascate. Son oncle, Abdul Gufar al Shezawi, chargé de cours à l’institut de formation des enseignants de Sohar, a été arrêté à son domicile par des membres des forces de sécurité. Selon les informations reçues par Amnesty International, il a été battu au moment de son arrestation. Il souffrirait de diabète et (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.