Écrire Lybie. Libération de Eman al Obaidi détenue après avoir dénoncé son viol

Action complémentaire sur l’AU 98/11, MDE 19/015/2011 Une Libyenne, Eman al Obaidi, qui était détenue après avoir affirmé que des membres des forces du colonel Kadhafi l’avaient violée, a été libérée. Cependant, elle est toujours inquiète pour sa propre sécurité et a indiqué qu’on l’empêchait de quitter Tripoli. Le 3 avril, la nouvelle chaîne de télévision Libya Channel a diffusé des séquences vidéo sur lesquelles figuraient deux interviews d’Eman al Obaidi. Au cours de l’un de ces entretiens, elle raconte qu’elle a été détenue pendant trois jours par les autorités libyennes. Elle précise que, pendant sa détention, elle a été interrogée par différents organes de l’État, notamment l’Agence de sûreté intérieure, l’Agence de sûreté extérieure et les Renseignements généraux. Elle a finalement été conduite auprès du parquet général, qui a promis d’ouvrir une enquête sur ses allégations de viol. Durant le second entretien, Eman al Obaidi indique qu’elle a été emmenée de force hors de son domicile par des hommes armés en civil pour des « investigations judiciaires », puis libérée au bout de quelques heures sans explication à son arrestation. Cet événement semble avoir eu lieu après sa libération, mais Amnesty International en ignore les circonstances précises. Pendant les deux interviews, Eman al Obaidi exprime ses craintes pour sa sécurité à Tripoli et déclare qu’elle souhaite retourner à Tobrouk, dans l’est de la Libye, pour retrouver sa famille. Elle affirme que les autorités libyennes l’empêchent de quitter Tripoli. DANS LES APPELS (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.