Écrire Iran. Des Azéris arrêtés au cours de manifestations pour un lac.

AU 102/11, MDE 13/038/2011 Environ 70 Azéris d’Iran auraient été arrêtés le 2 avril au cours de manifestations pacifiques à Tabriz et environ 20 autres à Orumiyeh, dans le nord-ouest de l’Iran. Les manifestants réclamaient la sauvegarde du lac Orumiyeh, qui risque de s’assécher à la suite de la construction de barrages. La plupart ont été relâchés mais on ignore toujours où se trouvent au moins cinq d’entre eux. Les mouvements de protestation se sont déroulés à Tabriz, Orumiyeh et, selon certains sources, dans d’autres villes où vivent des Azéris d’Iran, pour appeler les autorités iraniennes à détruire les barrages construits sur les rivières se jetant dans le lac Orumiyeh (également épelé Urmia, Urumieh, Oroumiye), qui risque de s’assécher. Comme lors d’autres manifestations au cours de ces dernières années, les manifestants ont apporté des verres d’eau qu’ils ont versée dans les rivières se jetant dans le lac ou dans le lac lui-même. Ils brandissaient également des bannières affichant des slogans tels « Détruisez les barragers et laissez l’eau couler dans le lac Urmia », « Le lac Urmia n’a pas d’eau et [si] l’Azerbaïdjan ne se réveille pas, il sera trop tard » et « Vive l’Azerbaïdjan ». Le mouvement de protestation à Tabriz s’est déroulé près de la rivière Talkeh (également appelée Aji Chai), où des policiers et des membres des forces armées en civil ont arrêté quelque 70 personnes et blessé beaucoup d’autres. Selon certaines informations, parmi les personnes maintenues en détention figurent Habib Pourvali, Jalil Alamdar (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse