Écrire Une communauté de paix colombienne menacée

AU 103/11, AMR 23/009/2011 La communauté de paix de San José de Apartadó, dans le nord-ouest de la Colombie, a été menacée à plusieurs reprises par des paramilitaires. Amnesty International craint pour la sécurité des membres de cette communauté depuis que Bernardo Rios Londoño, qui était proche d’eux, s’est fait tuer le 22 mars. Le 2 avril, des paramilitaires se sont rendus au hameau d’Arenas Altas, dans la municipalité d’Apartadó (département d’Antioquia), qui fait partie de la communauté de paix de San José de Apartadó, et ont accusé ses membres d’être des guérilléros. Ils les ont menacés en leur disant qu’ils paieraient cher et que les choses allaient changer. Des membres de la communauté ont signalé que plus tard ce jour-là, des hommes à bord d’un hélicoptère des forces armées sont venus chercher les corps des paramilitaires tués au cours des combats entre paramilitaires et guérilléros qui s’étaient déroulés la veille à Arenas Altas. Le 22 mars, deux paramilitaires à moto ont suivi Jesús Emilio Tuberquia, l’avocat de la communauté de paix, qui se rendait à San José de Apartadó en voiture. Ils se sont approchés du véhicule au moment où Jesús Emilio Tuberquia traversait la région de Tierra Amarilla mais ils se sont rendus compte que ce dernier bénéficiait d’un accompagnement international et sont donc restés là où ils étaient. Quelques minutes plus tard, Bernardo Rios Londoño, qui avait vu Jesús Emilio Tuberquia plus tôt dans la journée et dont les enfants vivent au sein de la communauté de paix, s’est approché à vélo et (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir