Écrire Une journaliste syrienne, Rana al Aqbani, et son frère, Hani al Aqbani, détenus en Libye.

AU 101/11, MDE 19/014/2011 Une journaliste syrienne et son frère sont détenus au secret en Libye depuis le 28 mars et risquent d’être torturés ou maltraités. Cette femme est accusée d’avoir « communiqué avec des forces ennemies en temps de guerre ». Il s’agit d’une prisonnière d’opinion, qui doit être libérée immédiatement et sans condition. Le 28 mars à 3 heures du matin, un groupe d’hommes armés en civil a pénétré chez Rana al Aqbani à Tripoli, capitale de la Libye. Ces hommes ont fouillé son appartement et se sont emparés de tous les téléphones portables, d’un ordinateur et de documents personnels. Ils ont emmené la journaliste Rana al Aqbani, âgée de 28 ans, et son jeune frère, Hani al Aqbani, sans fournir de motif pour leur arrestation. Tous deux sont maintenus en détention au secret depuis lors. Les proches de Rana al Aqbani en Syrie n’ont appris qu’elle avait été arrêtée que le 31 mars, en visionnant une séquence vidéo sur laquelle on la voit être interviewée sur la chaîne de télévision nationale libyenne alors qu’elle se trouvait en détention. Au cours de cet entretien, mené avec agressivité et à la manière d’un interrogatoire, il est apparu clairement qu’elle était détenue uniquement pour ses opinions sur la nécessité de modifier le système politique en Libye et pour ses contacts avec les personnes qui se trouvent dans les parties du pays contrôlées par des opposants au chef d’État libyen, le colonel Mouammar Kadhafi. Rana al Aqbani a déclaré qu’un « responsable » l’avait informée qu’elle était accusée d’avoir « (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.