Écrire Iran. Le militant politique Heshmatollah Tabarzadi (appelé Heshmat) toujours emprisonné après son appel

Action complémentaire sur l’AU 66/10, MDE 13/039/2011 Heshmatollah Tabarzadi (appelé Heshmat) – journaliste et dirigeant d’un parti politique interdit en Iran – a vu sa peine d’emprisonnement confirmée en appel. Cet homme est un prisonnier d’opinion, détenu uniquement pour avoir exercé pacifiquement ses droits à la liberté d’expression et d’association. Il doit donc être libéré immédiatement et sans condition. Heshmatollah Tabarzadi, 53 ans, dirigeant du Front démocratique d’Iran, un parti d’opposition interdit, a été arrêté le 27 décembre 2009 à son domicile de Téhéran par quatre personnes qui disaient travailler pour le bureau du procureur général et ont présenté un mandat d’arrêt non valable. Après son arrestation, cet homme a été détenu à la prison d’Evin, à Téhéran, avant d’être transféré à celle de Katchoui, à Karaj, en mai 2010. Il a ensuite été incarcéré à la prison de Rejai Shahr, connue pour la précarité des conditions qui y règnent. Lors de son procès, il a déclaré avoir été battu et menacé de viol en détention et avoir subi de fortes pressions visant à lui faire « avouer » qu’il avait reçu de l’argent provenant de l’étranger. Le fils de Heshmatollah Tabarzadi, Mohammed, s’est également exprimé au sujet des conditions de détention à la prison de Rejai Shahr : « Il n’y [avait] pas de vitre aux fenêtres […] donc ils passaient la journée et la nuit dans l’air froid de l’hiver. Ils ne traitent pas les maladies des détenus […]. La nourriture de la prison n’est pas saine […]. Tout cela a un impact sur leur état physique. Peu importe (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse