Écrire Des manifestants arrêtés et portés disparus en Irak risquent la torture

AU 113/11, MDE 14/022/2011, 14 avril 2011 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 26 MAI 2011. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Firas Ali, militant politique irakien, a été arrêté le 13 avril vers 14 heures à Bagdad, dans les bureaux de la Fédération des conseils ouvriers et syndicats en Irak. Haidar Shihab Ahmad Abdel Latif, un manifestant, aurait été arrêté le 1er avril sur la place Tahrir, à Bagdad. On ignore où ces deux hommes se trouvent. Amnesty International craint que ces hommes et d’autres militants arrêtés ne risquent fort d’être torturés. Firas Ali, un militant politique âgé de 30 ans, aurait été arrêté par des membres des forces armées le 13 avril en début d’après-midi à Bagdad, dans les bureaux de la Fédération des conseils ouvriers et syndicats en Irak. Un témoin a expliqué à Amnesty International : « Deux hommes en civil et trois soldats ont demandé à voir Firas Ali. Ils n’ont pas montré de mandat d’arrêt. Plus tard, j’ai vu des soldats obliger Firas Ali, les yeux bandés et les menottes aux poignets, à monter dans un véhicule avant de l’emmener. » Des amis de Firas Ali n’ont pas réussi à le contacter sur son téléphone mobile depuis qu’il a été arrêté et on ignore où il se trouve. Amnesty International craint que Firas Ali ne risque fortement d’être torturé. Haidar Shihab Ahmad Abdel Latif, un travailleur occasionnel de 24 ans, a participé pour la première fois à des manifestations sur la place Tahrir le 1er avril. Il était avec deux amis qui l’ont (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse