Écrire Des Roms expulsés de quartiers informels à Rome

AU 121/11, EUR 30/009/2011 Les résidents d’au moins trois quartiers roms illégaux à Rome ont été expulsés, dans le cadre de ce qui semble être une vague d’expulsions forcées dans la capitale italienne. Selon des ONG locales, plus de 30 quartiers ont ainsi été vidés depuis début avril. On craint que les habitants d’autres quartiers roms de la ville soient expulsés sous peu. Le 18 avril, des familles roms vivant dans le quartier informel de la rue Severini ont été chassées par des agents chargés de l’application des lois. Plus tard le même jour, des Roms vivant dans l’usine abandonnée Mira Lanza ont été expulsés. Le 20 avril au matin, une troisième éviction a eu lieu dans le quartier informel de la rue del Flauto. Ces événements s’inscrivent dans le cadre d’un mouvement d’expulsions dans des quartiers illégaux à Rome : plus de 30 évictions ont été signalées depuis début avril. Le 6 avril, Gianni Alemanno, le maire de Rome, a déclaré, en se référant à cette nouvelle vague d’expulsions, que celles-ci étaient urgentes afin d’empêcher des migrants en situation irrégulière, récemment arrivés de Tunisie, de trouver refuge dans des camps illégaux. Selon des informations communiquées par des ONG locales, les autorités ont procédé aux expulsions sans délivrer de préavis et sans consulter les populations concernées. Elles ont seulement proposé aux femmes et aux enfants de les reloger temporairement au Centre d’accueil pour les demandeurs d’asile, à Castelnuovo di Porto. Cette offre a presque toujours été refusée car les familles ne (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse