Écrire Oman. Des manifestants libérés, d’autres toujours en détention.

Action complémentaire sur l’AU 96/11, MDE 20/002/2011 À l’exception d’au moins neuf hommes, toutes les personnes arrêtées à Oman après les récentes manifestations ont été libérées. Les neuf hommes sont détenus sans inculpation et au moins l’un d’entre eux est détenu au secret, ce qui accroît le risque pour lui de subir des actes de torture ou d’autres formes de mauvais traitements. Amnesty International craint que ces hommes soient incarcérés uniquement pour avoir exercé de manière pacifique leur droit à la liberté d’expression. Les forces de sécurité d’Oman ont arrêté des dizaines de personnes ayant un lien avec les manifestations qui ont débuté en janvier. Un certain nombre de manifestants, qui militaient au rond-point du Globe à Sohar, dans le nord d’Oman, ont été arrêtés le 29 mars. Beaucoup d’autres ont été arrêtés chez eux. Un grand nombre de personnes ont également été arrêtées à la suite d’une manifestation le 1er avril. Toutes ces personnes auraient désormais été libérées sans avoir été inculpées, à l’exception d’au moins neuf hommes toujours détenus sans inculpation. La plupart d’entre eux seraient à la prison centrale de Sumail, à l’ouest de Mascate, la capitale. Les neuf hommes, parmi lesquels se trouvent Ali al Badi et Hilal al Alawi, auraient été arrêtés le 29 mars. Il s’agirait des organisateurs des manifestations de Sohar. Hilal al Alawi, 27 ans, a été arrêté chez ses parents vers 3 heures du matin. Il est maintenu à l’isolement depuis son arrestation. Sa famille a pu le voir une fois après son placement en détention (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse