Écrire Turquie. Le prisonnier d’opinion ?nan S. s’échappe avant d’être de nouveau arrêté

Action complémentaire sur l’AU 175/10, EUR 44/003/2011 Le 21 avril, le prisonnier d’opinion ?nan S. s’est enfui de l’hôpital où il avait été transféré depuis la prison de Manisa-Saruhanl ?. Il a été de nouveau arrêté le lendemain, alors qu’il se trouvait avec des amis dans la province d’Izmir, sur la côte ouest du pays. Il a été emmené à la prison de Buca, à Izmir. ?nan S. purgeait trois peines pour « désertion » du service militaire à la prison de Manisa Saruhanl ?. Son avocat a informé qu’après avoir été de nouveau arrêté, ?nan S. a entamé une grève de la faim. Ce dernier sera sans doute poursuivi pour s’être échappé de prison. ?nan S. est en détention depuis le 5 août 2010, date où il a été interpellé à son domicile, un mandat d’arrêt ayant été décerné à son encontre pour avoir « déserté » de l’armée en tant que conscrit. Le 24 août 2010, il a été reconnu coupable de « dépassement de la durée de permission » par le tribunal de commandement des forces armées d’Égée. Il a déjà été condamné trois fois pour « désertion ». ?nan S. a été transféré le 8 octobre vers la prison de Buca. Il a depuis été conduit à l’hôpital au moins trois fois, son état de santé se détériorant à cause de plusieurs grèves de la faim. ?nan S. a auparavant décrit la prison de Buca comme étant sale et infestée de rats. Le 26 novembre 2010, il a été déclaré « inapte au service militaire » par les autorités militaires ; il a été transféré vers la prison de Kütahya Gediz le 5 janvier 2011, avant d’être emmené à la prison semi-ouverte de Manisa Saruhanl ? le 5 avril. En 2009, (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse