Écrire Egypte. Des demandeurs d’asile et des migrants risquent d’etre renvoyes de force

AU : 128/11 - MDE 12/034/2011 - 6 mai 2011. ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 17 JUIN 2011 À : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Fthawi Zenawi Teklealefa, Bahlbi Goytom Aynalem, Abrham Afwerki Tafele et 85 autres demandeurs d’asile et migrants, dont quatre Éthiopiens et de nombreux ressortissants érythréens, pourraient très prochainement être renvoyés de force en Érythrée et en Éthiopie par les autorités égyptiennes. Ils risqueraient alors d’être victimes d’arrestations arbitraires, d’actes de torture et de procès iniques. Fthawi Zenawi Teklealefa, ressortissant érythréen âgé de 22 ans, Bahlbi Goytom Aynalem et Abrham Afwerki Tafele seraient détenus au poste de police d’al Mustaqbal, à Ismailia, dans le nord-est de l’Égypte, avec 85 autres demandeurs d’asile et migrants. Les forces de sécurité égyptiennes auraient tiré sur Fthawi Zenawi Teklealefa le 20 avril 2010 alors qu’il tentait de franchir la frontière vers Israël. Blessé à la cuisse, il a été arrêté. Transféré dans un premier temps à l’hôpital d’al Arish, dans le nord du Sinaï, il a ensuite été conduit à la capitale, au Caire, où il a été opéré. Il a ensuite été renvoyé au poste de police d’al Mustaqbal, où il a de nouveau été détenu dans des conditions déplorables, en compagnie de Bahlbi Goytom Aynalem, Abrham Afwerki Tafele et 85 autres personnes. Au moins deux d’entre eux souffriraient de blessures qui leur ont été infligées alors qu’ils tentaient de franchir la frontière vers Israël. Les demandeurs (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse