Écrire Azerbaïdjan. Le jeune militant Jabbar Savalan condamné sur de « fausses » accusations

AU 133/11, EUR 55/007/2011, 10 mai 2011 En Azerbaïdjan, un membre d’une organisation de jeunes de l’opposition a été condamné le 4 mai à deux ans et demi d’emprisonnement sur de fausses accusations liées à la drogue. Le 4 février, Jabbar Savalan, étudiant âgé de 20 ans et membre du Parti du front populaire (PFP), formation politique de l’opposition, a publié sur Facebook des messages appelant à organiser des manifestations antigouvernementales à Bakou, la capitale du pays. Plusieurs heures après, il a confié à des proches qu’il était suivi. Il a été arrêté le lendemain dans la soirée à Sumgaït, alors qu’il rentrait chez lui après s’être rendu à une réunion du PFP. Des policiers ont interpellé Jabbar Savalan sans fournir d’explications et l’ont emmené au poste de police de Sumgaït. Une fois arrivés, ils lui ont demandé de vider ses poches ; c’est à ce moment qu’il a découvert 0,74 gramme de marijuana dans la poche extérieure de son manteau. La police l’a ensuite interrogé pendant deux jours sans la présence d’un avocat et l’aurait frappé et intimidé pour le forcer à signer des « aveux ». Jabbar Savalan maintient qu’il ne prend pas de drogue et que la marijuana a été mise dans sa poche. Le 4 mai, Jabbar Savalan a été reconnu coupable et condamné à deux ans et demi de prison pour possession de drogues illégales pour son usage personnel. Le verdict n’a pas tenu compte d’un bilan sanguin réalisé après l’arrestation de cet homme, prouvant que celui-ci n’avait pas pris de drogue, ce que sa famille et ses amis continuent d’affirmer. (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse