Écrire Bélarus. Andreï Sannikau, ex-candidat à l’élection présidentielle, condamné à cinq ans de prison.

Action complémentaire sur l’AU 264/10, EUR 49/012/2011, 16 mai 2011 Le 14 mai, le prisonnier d’opinion Andreï Sannikau a été condamné à cinq ans de prison par un tribunal de Minsk. Amnesty International considère que l’ex-candidat à l’élection présidentielle a été condamné uniquement pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté de réunion et d’expression, et demande sa libération immédiate et sans condition. La veille de sa condamnation, Andreï Sannikau a déclaré devant le tribunal qu’il avait été torturé et maltraité en détention, et que les éléments utilisés contre lui avaient été obtenus sous la torture. Amnesty International pense que les accusations d’« organisation de troubles à l’ordre public » retenues contre Andreï Sannikau sont infondées et que les autorités tentent de l’incriminer dans le cadre d’une campagne plus large de répression contre l’opposition et la société civile en général à la suite de la manifestation. L’organisation condamne le fait que les autorités bélarussiennes n’aient pas permis à Andreï Sannikau de bénéficier des soins médicaux exigés par la dégradation de sa santé. À plusieurs reprises au cours de son procès, Andreï Sannikau a demandé une assistance médicale qui lui à été refusée. Trois autres prisonniers d’opinion ont également été condamnés lundi 16 mai. La femme d’Andreï Sannikau, la journaliste Irina Khalip, s’est vu infliger une peine de deux ans de prison avec sursis ; les militants de l’opposition Pavel Severinets et Sergueï Martseleu ont quant à eux été condamnés à trois ans (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.