Écrire Oman. Des manifestants détenus risquent la torture.

AU 142/11, MDE 20/003/2011, 17 mai 2011 Le 14 mai, 15 personnes ont été arrêtées alors qu’elles manifestaient pacifiquement à Mascate, la capital du Sultanat d’Oman. Quatorze d’entre elles sont toujours détenues, dont Muhammad al Habssi et Ibrahim Said al Hajri, tous deux militants. Leur lieu de détention est indéterminé. Amnesty International pense qu’ils sont détenus au secret et risquent d’être torturés ou soumis à d’autres formes de mauvais traitements. Les 15 personnes arrêtées faisaient partie d’un plus grand groupe qui manifestait pacifiquement sur la place du Peuple devant le Conseil consultatif, à Mascate, samedi 14 mai. Les forces de sécurité omanaises auraient encerclé la zone où les manifestants étaient rassemblés. Elles ont fermé les rues et ordonné aux manifestants de se disperser dans les 10 minutes ; certains ont obéi, mais d’autres ont refusé de le faire et ont été arrêtés. Parmi les personnes toujours détenues figurent Muhammad al Habssi, Nabhan al Hanashi et Ibrahim Said al Hajri. Basma al Kiyumi, une éminente avocate qui était la seule femme parmi les manifestants arrêtés, a été libérée le 16 mai ; elle a été inculpée de participation à un rassemblement illégal et remise en liberté sous caution dans l’attente de son procès à une date ultérieure. Les manifestants réclamaient la libération d’autres personnes arrêtées jeudi 12 mai au cours de manifestations à Mascate, Salalah et Sour. DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS (en anglais, en (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Pour une Belgique plus humaine envers les demandeurs d’asile

La Belgique doit se montrer plus humaine : demandez des voies sûres et légales pour les personnes contraintes de fuir de chez elles. Signez notre pétition !