Écrire Colombie. Le défenseur des droits humains Danilo Rueda en danger après un cambriolage.

AU 143/11, AMR 23/015/2011, 18 mai 2011 Le 13 mai, des documents faisant état de violations des droits humains ont été dérobés au domicile de Danilo Rueda, un défenseur des droits humains colombien. Cet homme appartient à la Commission Justice et paix, dont les membres ont déjà reçu des menaces de mort. Le 13 mai, le domicile de Danilo Rueda, défenseur des droits humains colombien et membre de la Commission Justice et paix, une organisation non gouvernementale (ONG), a été cambriolé. Lorsque cet homme est rentré chez lui, il a trouvé des livres jetés à terre, des dossiers ouverts et son ordinateur en fonctionnement. Aucun objet de valeur n’a été dérobé mais deux clés USB ont disparu. Les informations contenues sur ces clés concernaient notamment l’opération Génesis, menée conjointement par des militaires et des paramilitaires en février 1997 et au cours de laquelle de nombreux civils avaient été tués ou victimes de disparition forcée. Les locaux de l’ONG à Curvaradó (département du Chocó) ont également été cambriolés à la fin mars. La Commission Justice et paix aide les communautés afro-colombiennes et indigènes qui vivent dans le département du Chocó, plus précisément dans les bassins du Curvaradó, du Jiguamiandó et du Cacarica et aux alentours, à conserver leurs terres en cas de conflit foncier avec des entreprises minières et des paramilitaires. Le 18 avril, Danilo Rueda et l’ONG pour laquelle il travaille ont été accusés par un ancien responsable communautaire de faire partie de la guérilla et de tenter d’accaparer (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir