Écrire Myanmar.des prisonniers placés dans des « cages à chiens » après avoir protesté

AU 164/11, ASA 16/003/2011, 2 juin 2011 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 14 JUILLET 2011. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Au Myanmar, des prisonniers politiques qui ont organisé des mouvements de protestation pacifiques dans trois prisons, notamment des grèves de la faim, risquent d’être soumis à des actes de torture et d’autres mauvais traitements. Amnesty International a reçu des informations crédibles indiquant que sept détenus qui observaient une grève de la faim ont été placés à l’isolement, dans des cellules destinées aux chiens militaires, entre les 24 et 26 mai. Au moins trois prisonnières politiques ont entamé une grève de la faim le 17 mai à la prison d’Insein, à Yangon, l’ancienne capitale du Myanmar, afin de protester contre la décision du gouvernement de ne réduire que d’un an toutes les peines de prison. Le 22 mai, 22 autres prisonniers politiques ont commencé à manifester contre leurs conditions de détention : 17 ont entamé une grève de la faim et cinq ont adopté d’autres moyens de protestation. Ils ont présenté aux autorités pénitentiaires une liste d’améliorations à apporter aux conditions d’incarcération. Le 24 mai, les grévistes de la faim Aung Kyaw Soe, Nyi Nyi Tun, Nyan Lin Tun, Soe Moe Tun, Zaw Tun Naing et deux moines bouddhistes, U Vithoddi (alias Wunna Htay) et U Yayvata (alias Ye Min Naung), ont été placés à l’isolement dans de petites cellules destinées aux chiens militaires. Ils ont réintégrés leurs cellules habituelles (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Un professeur de la VUB condamné à mort

Le Dr Ahmadreza Djalali, un citoyen iranien résidant en Suède et professeur invité à la VUB en Belgique, a été condamné à mort : demandez sa libération, signez la pétition !