Écrire Argentine. Des familles indigènes risquent l’expulsion

AU 163/11, AMR 13/001/2011, 2 juin 2011 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 14 JUILLET 2011 À : . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Quatre familles indigènes risquent d’être expulsées de force sous peu, dans la province de Tucumán, dans le nord de l’Argentine. Il est possible qu’elles soient victimes de violences aux mains de la police et qu’elles perdent leurs maisons et leurs moyens de subsistance. Le 30 mai, un juge basé à San Miguel de Tucumán, dans le nord de l’Argentine, a rejeté la requête déposée par la communauté indigène de Quilmes, installée à Colalao del Valle, pour annuler l’avis d’expulsion qui pèse sur elle. Les membres de cette communauté ont été expulsés le 17 septembre 2009 et le 5 janvier 2010 de quatre hectares de terres qu’ils affirment posséder, ce qu’une entreprise prétend également. À chaque fois, ils sont revenus s’installer au même endroit quelques jours plus tard. Des agents de police accompagnés d’un juge local ont essayé de les chasser pour la troisième fois le 29 avril 2011, mais la population a résisté. Plusieurs résidents Indigènes et policiers ont été blessés au cours de l’affrontement. La décision du 30 mai dernier donne le feu vert aux autorités pour tenter de procéder à une nouvelle expulsion. Environ 30 personnes, dont 10 mineurs, vivent actuellement sur les terres faisant l’objet du litige. En vertu du droit argentin, il est actuellement interdit d’expulser des communautés indigènes. Les lois 26 160 et 26 554 établissent (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse