Écrire Pakistan. Craintes de torture. Deux étudiants,Abdullah et d’Ibrahim Mohamed El Sharkawi

AU 162/11, ASA 33/002/2011, 3 juin 2011 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 15 JUILLET 2011. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. On est sans nouvelles d’Abdullah et d’Ibrahim Mohamed El Sharkawi depuis leur disparition forcée présumée au Pakistan, les 25 et 29 mai. Amnesty International craint que les deux frères ne soient détenus par les services de renseignement pakistanais et qu’ils ne subissent des actes de torture ou d’autres mauvais traitements. Abdullah Mohamed El Sharkawi (22 ans) suit des études universitaires au métier d’ingénieur à Islamabad, la capitale pakistanaise. Le 25 mai, à 18 heures, il a quitté l’auberge de jeunesse où il réside pour se rendre dans un magasin et a disparu depuis lors. Alors qu’elle donnait une conférence de presse sur sa disparition le 27 mai, sa mère aurait reçu un appel d’Ibrahim, le frère cadet d’Abdullah, depuis Attock, située dans la province septentrionale du Pendjab. Il lui aurait dit que des hommes vêtus de l’uniforme de la police, affirmant appartenir à la « section spéciale de la police », se trouvait dans la maison pour l’interroger ainsi que ses frères et sœurs. Ibrahim Mohamed El Sharkawi (17 ans), étudiant dans une école publique d’Attock, a quant à lui disparu le 29 mai, après avoir quitté le domicile familial dans la matinée pour faire des courses dans la boutique située à proximité. Comme il ne revenait pas à la maison, l’un de ses frères est allé le chercher à la boutique. Le commerçant, affirmant (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse