Écrire Brésil. Il faut protéger les petits agriculteurs de la violence.

AU 168/11, AMR 19/009/2011, 7 juin 2011 Des hommes de main armés ont tiré sur deux villages de travailleurs ruraux dans l’État du Tocantins (nord du Brésil). Cinq dirigeants associatifs ont été désignés comme « personnes à abattre ». Un litige foncier oppose depuis longtemps dans la région des exploitants agricoles locaux à de petits agriculteurs qui luttent pour la réforme agraire. Une quarantaine de famille vivant à l’Assentamento Santo Antônio Bom Sossego et l’Acampamento Vitória, deux villages de la municipalité de Palmeirante, sont régulièrement menacées par huit hommes armés engagés par un exploitant agricole local. Dans la soirée du 6 juin, ces derniers ont tiré à plusieurs reprises sur les deux villages. Le 4 juin, des habitants les ont entendus se disputer pour décider s’il fallait procéder à une exécution. Le 29 mai, un homme armé a déclaré à un villageois : « Des gens vont mourir ici. » Les travailleurs ruraux se sont également plaints que des hommes portant des lampes torches marchaient autour du périmètre des villages. Cinq membres de ces communautés figureraient sur une liste de personnes visées par les hommes armés. Les menaces durent depuis octobre 2010. Le 3 octobre, des hommes armés ont incendié plusieurs cabanes de l’Assentamento Santo Antônio Bom Sossego. Le 16 octobre, un ouvrier agricole, Gabriel Vicente, a été abattu. Les personnes travaillant pour le bureau régional d’une ONG nationale qui s’occupe de questions foncières, la Commission pastorale de la terre (CPT), ont reçu une série de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir