Écrire Kasakhstan. Des ouzbeks risquent la torture s’ils sont renvoyés dans leur pays

Action complémentaire sur l’AU 129/10, EUR 57/002/2011, 10 juin 2011 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 22 JUILLET 2011. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Le 9 juin, le Kazakhstan a extradé 28 Ouzbeks vers l’Ouzbékistan, où ils risquent réellement d’être torturés. Quatre autres Ouzbeks pourraient également faire l’objet d’un retour forcé dans leur pays. Les femmes et les enfants de ces 32 hommes risquent aussi une extradition. Ces hommes ont fui l’Ouzbékistan car ils craignaient d’être persécutés en raison de leurs convictions religieuses, de leurs pratiques ou de leur appartenance à des organisations islamistes interdites ou non reconnues. Les autorités du Kazakhstan les ont arrêtés en juin 2010, à la demande du gouvernement ouzbek. Le retour forcé de 28 de ces Ouzbeks constitue une violation des obligations du Kazakhstan au regard du droit international. L’un des hommes toujours détenus et les 28 qui ont déjà été extradés ont fait appel de la décision prise en septembre 2010 par le procureur général de les extrader. Leurs recours ont été rejetés par un tribunal de district dans la ville d’Almaty (sud du Kazakhstan) le 15 mars 2011. Cependant, en décembre 2010, le Comité des Nations unies contre la torture a ordonné des mesures conservatoires pour suspendre leur extradition dans l’attente d’un examen sur le fond d’une plainte déposée en leur nom. Le gouvernement du Kazakhstan a alors contesté la recevabilité de cette plainte. En mai 2011, le Comité (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse