Écrire Irak. 15 hommes risquent d’être exécutés sous peu.

AU 193/11, MDE 14/034/2011, 21 juin 2011 Quinze hommes, membres présumés de groupes armés, ont été condamnés à mort le 16 juin, quelques jours seulement après que les « aveux » de plusieurs d’entre eux ont été diffusés à la télévision irakienne. Ils ont peut-être été jugés de manière inique et ils risquent d’être exécutés sous peu. Les 15 hommes en question, notamment Najm Abboud, Firas Hassan Fleih al Juburi, Fadhel Ibrahim al Juburi, Haydar Muteb Abdel Qader, Hikmat Fadhel Ibrahim, Sayyid Hamadi Ahmed et Sofian Jassem Mohammad, ont été condamnés à mort le 16 juin par le Tribunal pénal central irakien après que les « aveux » de plusieurs d’entre eux ont été diffusés sur la chaîne de télévision irakienne Al Iraqiya, fin mai et début juin 2011. Ces personnes, accusées d’appartenir à des groupes armés, ont été déclarées coupables de dizaines d’homicides, notamment de femmes et d’enfants, ainsi que de viols de femmes et de filles, notamment celui d’une jeune mariée lors d’une noce qui a eu lieu dans un village proche d’Al Taji, au nord de Bagdad, en juin 2006. Amnesty International craint que ces 15 hommes n’aient pas été jugés équitablement, selon les normes internationales établies en la matière. Les « aveux » télévisés de certains d’entre eux ont probablement été obtenus sous la contrainte. Ces personnes auraient été détenues au secret plusieurs semaines, c’est-à-dire sans pouvoir consulter un avocat ni entrer en contact avec leurs proches. Cela n’a fait qu’accroître leur risque d’être soumis à des actes de torture ou d’autres (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse