Écrire Craintes pour la sécurite d’un militant indonésien Yones Douw

Ceci est la première mise à jour de l’AU 188/11. ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 16 SEPTEMBRE 2011 À : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Le défenseur des droits humains Yones Douw reçoit des soins médicaux depuis qu’il a été battu par des militaires le 15 juin. Il continue néanmoins de craindre pour sa sécurité et celle de sa famille depuis qu’il a appris qu’il est surveillé par des membres des forces de sécurité indonésiennes. Le 1er juillet, Yones Douw s’est rendu à Jayapura, dans la province de Papouasie (Indonésie) pour faire soigner les blessures qu’il avait reçues le 15 juin alors qu’il contrôlait le déroulement d’une manifestation. Les rayons X ont révélé un caillot de sang dans sa tête et une fracture de la main. Il reçoit encore des soins pour ces blessures et continue d’avoir mal à l’arrière de la tête et à la main. Il souffre également de fréquents maux de tête. Alors qu’il allait à Jayapura pour se faire soigner, Yones Douw a appris qu’un policier haut gradé avait envoyé un SMS à des agents des services du renseignement du district pour leur demander « Yones a-t-il quitté Nabire, veuillez vérifier et garder un œil sur lui. » Le 15 juillet, Yones Douw a été informé par une source crédible que le poste de police du district de Nabire avait ordonné à des agents de surveiller ses mouvements à Nabire. Il a depuis vu des inconnus attendre près de sa maison et entendu des motards accélérer lorsqu’ils passaient près de là. Des organisations de défense (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir