Écrire Bahreïn. Un avocat Mohammed al Tajer, libéré

Action complémentaire sur l’AU 116/11, MDE 11/042/2011, 9 août 2011 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 20 SEPTEMBRE 2011. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Un éminent avocat arrêté le 15 avril à Bahreïn a été relâché le 7 août. Les charges retenues contre lui n’ont pas été abandonnées et il aurait été torturé en prison. Mohammed al Tajer, un éminent avocat bahreïnite, a été appréhendé chez lui à Manama, la capitale de Bahreïn, le 15 avril au soir. Il a été arrêté sans mandat par une vingtaine de membres des forces de sécurité masqués, qui l’ont ensuite conduit dans un lieu indéterminé. Le 12 juin, il a été déféré devant le Tribunal de première instance pour la sûreté nationale, une juridiction militaire, et officiellement inculpé de diverses infractions, notamment de diffusion de rumeurs et d’informations malveillantes, et d’incitation à la haine envers le régime. Mohammed al Tajer a plaidé non coupable. Son procès s’est ensuite déroulé devant un tribunal civil. Mohammed al Tajer a été remis en liberté le 7 août. Il a confié à Amnesty International que son statut légal actuel n’est pas clair et qu’il pense que les poursuites n’ont pas été abandonnées. Comme condition de sa libération, il a dû signer des papiers indiquant qu’il devrait se présenter devant un tribunal et être disponible à tout moment pour un interrogatoire, et qu’il ne devrait rien entreprendre contre le pays. Des photos du haut de son corps et de ses jambes ont été prises ; un médecin a signé des documents (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse