Écrire 10 membres de l’Association marocaine des droits humains (AMDH) ...

... Mohamed Boughrine (h), 72 ans , prisonnier d’opinion ; Abdelkbir Rabaoui (h) ; Abass Abbassi (h) ;Mohamed Fadel (h) ; Abdelaziz Timor (h) ; Brahim Ahansal (h) ; Smaïn Amrar (h) ; Abderrahmane Aaji (h) ;Mohamed Yousfi (h) ;Nabil Cherqui (h) MDE 29/003/2008 - AU 16/08 Le 30 janvier, la cour de cassation du Maroc doit statuer sur le cas des 10 hommes nommés ci-dessus, qui sont tous membres de l’Association marocaine des droits humains (AMDH). Ces derniers ont été reconnus coupables d’« atteinte à la monarchie » par une cour d’appel en août 2007. Si la cour de cassation confirme ce jugement, Mohamed Boughrine, prisonnier d’opinion incarcéré depuis son arrestation le 5 juin 2007, risque de purger une peine de trois ans d’emprisonnement pour avoir simplement exprimé son point de vue, et ce de manière pacifique. Les neuf autres hommes, qui restent en liberté jusqu’à ce que la décision finale soit rendue, pourraient également être emprisonnés. Amnesty International les considèrerait alors comme des prisonniers d’opinion, car ils n’ont fait qu’exercer leur droit à la liberté d’expression et de réunion sans avoir eu recours à la violence ni prôné son usage. Ces 10 hommes ont été arrêtés les 5 et 6 juin 2007, après avoir participé à un sit-in pacifique organisé dans la ville de Beni Mellal en signe de solidarité avec sept autres membres de l’AMDH arrêtés après des manifestations le 1er mai. Au cours de cet événement, les participants ont scandé des slogans critiques envers le régime, tels que « fini les tabous » ou « (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse