Écrire Guatemala F.Peccerelli, J.S. Suasnavar,L.l E.Paize, O.Bertoni. Des experts ayant temoigné a un procès menacacés

AU 243/11, AMR 34/008/2011, 11 août 2011 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 22 SEPTEMBRE 2011 À : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Quatre membres de la Fondation guatémaltèque d’anthropologie médico-légale (FAFG) ont reçu des menaces de mort, envoyées quelques jours après un procès très médiatisé à l’issue duquel d’anciens militaires ont été reconnus coupables d’un massacre commis en 1982 et condamnés conjointement à 6 050 années de prison. Les membres de la FAFG ont témoigné en tant qu’experts lors du procès. Amnesty International pense que leur sécurité est en danger. Freddy Peccerelli, directeur de la FAFG, a reçu le 8 août un mot écrit à l’encre rouge indiquant « Fondation d’anthropologie fils de putes. Vous nous le paierez lentement, pour chacune des 6 050 années durant lesquelles nos camarades vont souffrir à cause de vous, maintenant nous n’allons pas simplement vous observer, nous vous laisserons meurtris comme les autres ». Ce mot mentionnait également José Samuel Suasnavar, Leonel Estuardo Paiz et Omar Bertoni, experts médico-légaux à la FAFG qui ont présenté des éléments de preuves au procès. Il était aussi marqué « Quand vous vous y attendrez le moins, vous mourrez. Révolutionnaires, votre ADN ne servira à rien. Vos familles paieront, vous ferez de même ». DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS, en espagnol ou dans votre propre langue : ? appelez les autorités à diligenter une enquête (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse