Écrire Inde. Trois hommes pourraient être exécutés d’un moment à l’autre

AU 246/11, ASA 20/040/2011 15 août 2011 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 26 SEPTEMBRE 2011. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Deux Sri-Lankais et un ressortissant indien condamnés pour l’assassinat de l’ancien Premier ministre indien Rajiv Gandhi pourraient être exécutés d’un moment à l’autre à la prison de Vellore, dans l’État du Tamil Nadu, en Inde, après le rejet par le président indien de leurs demandes de grâce. Si elles venaient à avoir lieu, ces exécutions seraient les premières recensées en Inde depuis 2004. Murugan et Santhan, 41 ans, et Arivu, connu sous le nom de Perarivalan, 37 ans, ont été condamnés à mort en janvier 1998 par un tribunal spécial anti-terrorisme au motif qu’ils étaient impliqués dans l’assassinat du l’ancien Premier ministre indien Rajiv Gandhi. Leur condamnation à la peine capitale a été confirmée par la Cour suprême de l’Inde en mai 1999. Selon les informations reçues par Amnesty International et celles diffusées par les médias indiens, leurs demandes de grâce auraient été rejetées par le président en août 2011 sur les conseils du gouvernement indien. Ces trois hommes font partie des 26 personnes condamnées à mort par un tribunal spécial du centre pénitentiaire de Poonamallee, au Tamil Nadu, aux termes de la Loi de 1987 relative à la prévention des activités terroristes et déstabilisatrices (TADA) – dont certaines dispositions étaient incompatibles avec les normes internationales d’équité des procès. En appel, un collège de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.