Écrire Cuba. Les manifestantes ne doivent pas être réduites au silence

AU 256/11, AMR 25/003/2011, 25 août 2011 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 6 OCTOBRE 2011. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Des femmes proches d’anciens prisonniers d’opinion et des sympathisantes qui tentent de manifester pacifiquement chaque semaine pour appeler à mettre fin aux emprisonnements politiques en sont empêchées depuis mi-juillet. Elles risquent de subir la même répression le 28 août.` Les Dames en blanc (Damas de Blanco), un groupe de femmes proches de prisonniers politiques et d’anciens prisonniers d’opinion, et les Dames de soutien (Damas de Apoyo) sont depuis un mois victimes d’arrestations arbitraires et d’agressions physiques perpétrées par des membres des forces de sécurité et des partisans du gouvernement à Santiago de Cuba, dans le sud-est du pays, et dans des villes voisines. Elles ont tenté d’organiser des marches silencieuses, chaque dimanche, avant d’aller à la messe pour réclamer la libération de prisonniers qu’elles pensent incarcérés en raison de leurs activités dissidentes. Le 21 août, 11 d’entre elles se sont rassemblées chez Aimée Garcés Leyva, à Palma Soriano. Une centaine de personnes, notamment des policiers et des partisans du gouvernement, ont encerclé la maison pendant plusieurs heures. Lorsque les femmes ont tenté de quitter les lieux, la police les a repoussées et les a tirées par les cheveux avant de les faire monter de force dans des bus. Elles ont été emmenées à quelques kilomètres de là, transférées (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse