Écrire Taiwan. Exécution imminente de Chiou Ho-shun à l’issue d’un procès inique.

AU 260/11, ASA 38/004/2011, 31 août 2011 Un Taiwanais, Chiou Ho-shun, risque à tout instant d’être exécuté. Il a été condamné à mort en 1989 à l’issue d’un procès inique. Le 25 août, le procureur général a rejeté une demande de recours extraordinaire pour un nouveau procès. Chiou Ho-shun a été arrêté en 1988 et jugé pour deux crimes distincts : l’enlèvement de Lu Cheng et le meurtre de Ko Hung Yu-Lan. Lui seul a été condamné à mort : ses onze co-accusés ont été condamnés à des peines de prison. Tous ont déjà purgé la totalité de leur peine, sauf un qui est mort en prison. Chiou Ho-shun et ses co-accusés affirment avoir été détenus au secret durant les quatre premiers mois de leur détention, et on les aurait torturés dans le but de les faire « avouer ». Ils sont par la suite revenus sur leurs « aveux ». À la suite d’une enquête officielle, en 1994, deux procureurs et 10 policiers travaillant sur l’affaire de l’enlèvement et du meurtre de Lu Cheng ont été reconnus coupables d’avoir extorqué des « aveux » sous la torture. En 2003, la police a admis avoir dissimulé le fait qu’un autre condamné à mort avait avoué, juste avant son exécution, avoir tué Lu Cheng. Chiou Ho-shun est en détention depuis 23 ans. La Haute Cour et la Cour suprême se sont renvoyé son dossier 11 fois. Les cours n’ont pas rejeté ses « aveux » comme éléments de preuve bien qu’ils aient été extorqués sous la torture et elles n’ont pas enquêté sur les aveux de l’autre condamné à mort qui a dit avoir tué Lu Cheng. DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Nicaragua : signez pour libérer une jeune étudiante belge

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !