Écrire Tunisie. Trois hommes ont été libérés mais un quatrième est toujours en détention.

Action complémentaire sur l’AU 223/11, MDE 30/018/2011, 1er septembre 2011 Trois des quatre hommes arrêtés le 19 juillet à Menzel Bourguiba, une ville du nord de la Tunisie, ont été libérés. Le quatrième homme, Haitham el Mejri, est toujours en détention et risque d’être jugé de manière inique par un tribunal militaire. S’il venait à être déclaré coupable, il pourrait être condamné à mort. Haitham el Mejri est toujours en détention et risque un procès devant un tribunal militaire. Il a été arrêté à la suite d’affrontements entre manifestants et forces de sécurité qui ont eu lieu le 16 juillet et au cours desquels un poste et un véhicule de police auraient été incendiés. Un policier affirme avoir vu Haitham el Mejri sur les lieux des affrontements. Or, selon son avocat, au moins deux témoins ont certifié que cet homme se trouvait dans une mosquée pendant toute la durée des affrontements et qu’il n’a participé à aucun acte de violence. Ayman Gharib, Anis el Krifi et Walid Boujbali, qui avaient été arrêtés en même temps que Haitham el Mejri, ont été libérés le 29 août dans l’attente d’un complément d’enquête. Leurs avocats ont bon espoir que les charges retenues contre eux soient abandonnées car il n’existe aucun élément les reliant aux crimes qu’ils sont accusés d’avoir commis. Les quatre hommes ont été arrêtés chez eux au cours de descentes menées par des agents des forces de sécurité le 19 juillet, aux premières heures de la journée. Ils faisaient partie des nombreuses personnes interpellées à la suite des événements du 16 (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse