Écrire Cuba. Des femmes se voient refuser le droit de manifester

Action complémentaire sur l’AU 256/11, AMR 25/004/2011, 1er septembre 2011 Des parentes de prisonniers d’opinion à Cuba et leurs partisans se sont vu empêcher d’organiser une manifestation pacifique le 28 août. Elles sont harcelées et intimidées par des représentants de l’État depuis la mi-juillet à cause de leurs activités pacifiques. Les Dames en blanc, un groupe de parentes d’anciens prisonniers d’opinion et de prisonniers politiques, et les Dames de soutien sont, depuis la mi-juillet, victimes d’arrestations arbitraires et d’agressions physiques commises par des membres des forces de sécurité et des partisans du gouvernement, dans le sud-est du pays, à Santiago de Cuba et aux alentours. Le 28 août, 13 Dames se sont rassemblées chez Aimée Garcés Leyva ; elles prévoyaient de se rendre à la cathédrale de Santiago de Cuba pour assister à la messe et organiser ensuite une manifestation pacifique autour de l’édifice. Cependant, d’après les témoignages de certaines de ces femmes, la maison a été encerclée tôt le matin par des voitures de police et des policières. Les Dames auraient été maltraitées par les agents de police et forcées de monter dans des bus. Comme lors de précédents dimanches, elles ont été conduites près de chez elles, dans la province de Santiago de Cuba, et relâchées. Les Dames affirment également que la police a emporté leurs ordinateurs, leurs téléphones portables, leurs appareils photos, leurs clés USB, leurs notes et des disques durs externes qui étaient chez Aimée Garcés Leyva. Deux autres (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.