Écrire Chine. La militante des droits humains Wang Lihong incarcérée risque la torture

Action complémentaire sur l’AU 230/11, ASA 17/042/2011, 12 septembre 2011 La militante des droits humains Wang Lihong a été condamnée à neuf mois de prison. Elle risque d’être victime de torture ou d’autres mauvais traitements. Le juge présidant le tribunal populaire du district de Chaoyang, à Pékin, a annoncé la condamnation de Wang Lihong dans la matinée du 9 septembre. Wang Lihong a immédiatement assuré qu’elle était innocente du chef d’inculpation de « provocation de querelles et troubles à l’ordre public » et qu’elle ferait appel de sa condamnation. Son fils, Qi Jinxiang, a déclaré aux médias et aux partisans de sa mère que celle-ci n’aurait jamais dû être condamnée ne serait-ce qu’à une journée de prison et devait être remise en liberté immédiatement. Le procès de Wang Lihong s’est déroulé le 12 août. Lors de l’audience, les charges retenues contre elle ont été modifiées, passant de « rassemblement de personnes ayant pour but de bloquer ou de perturber la circulation » à « provocation de querelles et troubles à l’ordre public ». Ces accusations sont liées à sa participation à une manifestation pacifique organisée en avril 2010 pour soutenir trois cybermilitants de la province du Fujian qui avaient été inculpés de diffamation pour avoir évoqué sur Internet les efforts qu’aurait déployés la police pour étouffer le meurtre d’une jeune femme. Le 21 mars, les policiers avaient arrêté Wang Lihong, 56 ans, à son domicile, dans le cadre d’une vague d’interpellations déclenchées par les manifestations liées à la « Révolution (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.