Écrire Cambodge. Le militant cambodgien pour le droit à la terre Suong Sophorn battu par la police.

Action complémentaire sur l’AU 63/11, ASA 23/008/2011, 19 septembre 2011 Le 16 septembre, le militant cambodgien Suong Sophorn a été gravement battu par la police lorsqu’il est intervenu pour empêcher la destruction de maisons près du lac Boeung Kak, à Phnom Penh. Une centaine de policiers anti-émeute armés et des agents de sécurité étaient sur les lieux tandis que huit constructions étaient démolies sans préavis. Quatre-vingt-dix autres familles risquent d’être chassées. L’expulsion forcée a débuté lorsque des hommes conduisant deux excavateurs sont arrivés au lac et ont transformé les maisons de trois familles en décombres ; ils se sont ensuite dirigés vers cinq autres habitations et commerces. Suong Sophorn a commencé à appeler pacifiquement les résidents à joindre les mains pour faire cesser la destruction d’autres maisons lorsqu’il a été cerné par des policiers qui lui ont donné des coups de pied et de bâton et l’ont frappé à la tête avec une brique. Ils l’ont ensuite abandonné sur le sol, inconscient et en sang. Suong Sophorn a été emmené à l’hôpital, souffrant d’une grave blessure à la tête et d’un doigt cassé. Cet homme a déjà été la cible des autorités pour s’être opposé de façon pacifique à des expulsions forcées au lac Boeung Kak. Certains résidents dont les maisons devaient être démolies ont réussi à récupérer leurs effets personnels avant qu’il ne soit trop tard ; d’autres ont tout perdu. Certains ont maintenant dressé des tentes de toile goudronnée sur les décombres de leur maison pour s’y abriter car ils n’ont (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.