Écrire Haïti. Menace d’expulsion d’un camp de fortune

AU 284/11, AMR 36/014/2011, 19 septembre 2011 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 31 OCTOBRE 2011.Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Plus de 300 personnes qui vivent dans un camp de fortune dans la capitale d’Haïti depuis que leurs habitations ont été détruites par le séisme de janvier 2010 sont menacées d’expulsion forcée. Si elles sont expulsées, Amnesty International craint qu’elles ne bénéficient pas d’une solution de relogement adaptée et qu’elles se retrouvent à la rue. Les habitants du camp de fortune installé sur le parking du centre des congrès du Palais de l’Art, dans la commune de Delmas à Port-au-Prince, risquent d’être expulsés très prochainement. Le propriétaire du terrain les a avertis le 9 septembre qu’ils seraient expulsés dix jours plus tard. Il n’a pas présenté de décision de justice ordonnant cette expulsion ni d’autre notification juridique à ce moment-là. Au cours d’une visite du camp par une délégation d’Amnesty International le 17 septembre, il a déclaré à celle-ci qu’il reviendrait dans deux semaines pour « les mettre dehors ». Ces 112 familles – environ 330 personnes – vivent dans le camp depuis qu’elles se sont retrouvées sans domicile à la suite du séisme dévastateur de janvier 2010. On ne leur a pas proposé de solution de relogement et, si elles sont expulsées, elles seront contraintes de vivre dans la rue. Ce camp a déjà été menacé d’expulsion l’an dernier. Le ministère de l’Intérieur avait alors conclu un accord avec le (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse